Pourquoi le 25 Mars ?

This post is also available in: English (Anglais) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol)

Le 25 mars 2013, un groupe d’activistes français du collectif «Les Deboulonneurs» a été relaxé pour avoir défiguré des panneaux publicitaires dans un geste symbolique de désobéissance civile. Ils ont argumenté pour expliquer que leur «liberté de réception» avait été violée en étant obligé de s’engager dans la publicité commerciale toxique dans l’espace public. La juge a accepté et estimé que leurs actions étaient légales en vertu d’une défense fondée sur la «liberté d’expression» et la «raison de nécessité» (cas que face à un danger immédiat et imminent, il est légale de désobéir à la loi).

Un an plus tard, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a reconnu le droit des citoyens à donner leur consentement lors de l’élaboration de stratégies de publicité et de gouvernance. Voir le rapport 2014 du HCR sur la publicité (paragraphe 33). Pour le rapport en anglais, suivez le lien et cliquez sur la lettre E: http://ap.ohchr.org/documents/dpage_f.aspx?si=A/69/286

Se déroulant pour la première fois au Forum Social Mondial de Tunis en 2015, puis de nouveau en 2016 pour «libérer la planète des publicités», l’appel du 25 mars marque une victoire importante pour la reconnaissance du droit des citoyens à l’égard de la réception de messages publicitaires.