500 panneaux publicitaires détournés à travers le monde pour dénoncer la société de consommation

Premier détournement international de publicités : des affiches artistiques et militantes ont été installées sans permission dans plus de 500 espaces publicitaires de 21 villes de la planète, en réponse à l’appel #SubvertTheCity invitant les citoyens à se réapproprier l’espace public. D’autres types d’actions ont également eu lieu pour dénoncer le rôle de la publicité dans la société de consommation, amenant la mobilisation internationale dans son ensemble à 38 villes dans 18 pays.

Un détournement de publicités dans les grandes capitales

Le 23 mars dernier, plus de 500 affiches grand-format donnant à voir soit des œuvres d’art, soit un Manifeste politique, ont été installées simultanément et sans permission dans les panneaux publicitaires de 21 villes à travers le monde. Les affiches détournées ont pu être aperçues en Europe à Paris, Londres, Berlin, Bruxelles, Stockholm, Varsovie ou Lisbonne – ainsi qu’au-delà, sur les côtes Est et Ouest des Etats-Unis, à Mexico, Melbourne, Teheran ou Buenos Aires. Dans le cadre de cette opération, une centaine de publicités ont été détournées à Paris.

Le Manifeste, initialement publié par le réseau Subvertisers International et traduit dans plusieurs langues [1], invite le passant à se ré-approprier l’espace public urbain « avec de l’art et des idées », afin d « imaginer une alternative » à la société de consommation.

Parmi les œuvres d’art imprimées et installées dans les abris-bus – reposant sur environ 70 contributions d’artistes du monde entier – plusieurs font écho à la crise des réfugiés et expriment leur solidarité avec ceux qui subissent des persécutions dans leurs pays ou ailleurs.

Une diversité de mobilisations dans 19 pays

Au delà de ce détournement d’envergure international, de nombreuses actions locales de réappropriation de l’espace public ont été organisées du 22 au 25 mars en réponse à l‘appel #SubvertTheCity, lancé par le réseau d’ « artivistes et d’antipub » Subvertisers International [2]. Ajoutées au détournement international, ces diverses mobilisations créatives étendent la mobilisation contre la société de consommation à 38 villes dans 18 pays sur la planète.

Quelques exemples de mobilisation locale :


– A Buenos Aires, des publicités ont été également été détournées directement dans la rue, aux feutres et à la bombe, tandis qu’ à Madrid, les publicités ont été altérées avec des autocollants.


On the Paris metro, five giant advertising panels (4metres x 3 metres)  were wallpapered in colours.

– A Toulouse ou à Bristol, un grand nombre d’espaces publicitaires ont été recouverts (technique non dégradante) par des affiches locales comportant des slogans poétiques et militants.


– A Melbourne, des écrans vidéos ont été repeints dans une démarche de désobéissance civile, tandis qu’à Bordeaux, des panneaux publicitaires traditionnels ont été repeints au Blanc de Meudon (lavable à l’eau).

– A Casablanca, les militants d’ATTAC Maroc dénonçaient le naming (« nommage ») du tramway.

– A Grenoble, une militante s’est fait enfouir sous des dizaines de kilogrammes de prospectus publicitaires sur une place commerciale ;

– Près de Brisbane en Australie, des mères et leurs enfants ont recouvert des abris-bus avec des tissus brodés de slogans contre la pub.

En marge de cette mobilisation, de nombreux ateliers ont été organisés pour former le public aux enjeux de la publicité, aux méthodes de résistance, et à l’organisation d’actions symboliques. Selon Pascal, porte parole du réseau international : « Il y a aujourd’hui une vraie envie de réappropriation des espaces publics chez les citoyens, cette belle mobilisation le montre. On ne peut plus laisser les grandes entreprises s’en emparer par la publicité commerciale. Dans nos rues, nous préférerions voir de l’art, entendre des messages pour la justice sociale, économique et climatique, tout en n’étant jamais forcés de ne recevoir aucun message ».

Depuis l’appel de Tunis en 2015, le 25 mars est célébré pour la 3ième année consécutive comme la journée mondiale contre la publicité. Pour la première fois cette année, l ’appel est lancé par un réseau international [4].

NOTES

[1] Lien vers le Manifeste de Subvertisers International : http://subvertisers-international.net/wp-content/uploads/2017/03/SI_Public_Statement_English.pdf

[2] Le réseau Subvertisers International s’est constitué en 2016 et réunit actuellement 12 collectifs et associations membres dans 7 pays du monde. Ses membres partagent une vision politique sur le rôle néfaste de la publicité commerciale. Liste des membres, descriptif du réseau et vision politique sont disponibles en français sur le site du réseau : http://subvertisers-international.net/?lang=fr

[3] Lien vers le communiqué de presse de l’action : http://antipub.org/les-antipub-tapissent-le-metro-en-couleur-pour-repondre-a-lappel-international-subvertthecity/

[4] Pour l’historique et le pourquoi de la journée du 25 mars : http://subvertisers-international.net/a-propos-de-subvertisers-international/pourquoi-le-25-mars/?lang=fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *